8 Responses

  1. nab
    nab at |

    Et j’ai le sentiment très désagréable que ceux qui devraient savoir n’en savent pas beaucoup plus que moi.
    Oui c’est le pire. Je ressent tout comme toi, et quand on est dans cette situation c’est d’avoir le reflexe de se dire, escaladons le problème à qui saura le gérer.
    Mais en fait mis à part bricoler, il n’y a pas grand chose. Et ça fait peur. Surtout de savoir maintenant qu’il n’y a plus le frein de se dire il faut qu’ils se procurent une arme.
    Maintenant il suffit qu’ils prennent leur voiture pour que le pire puisse arriver…
    Moi ce qui tourne dans ma tete en ce moment c’est il faut que je parte de la France pour installer ma famille en sécurité. Mais j’ai l’impression qu’on est plus en sécurité nulle part…

    Reply
  2. nab
    nab at |

    PS : désolé pour les fautes et la ponctuation manquante, j’ai écrit un peu rapidement

    Reply
  3. laeteesse
    laeteesse at |

    Je crois que c’est sans doute la position qui nous sauvera, celle de ne pas savoir. Car ceux sont surs d’eux, qui énoncent des vérités tranchantes et brutales, me font encore plus peur… Admettre que nous ne savons pas c’est au moins authentique…

    Reply
  4. doublerose
    doublerose at |

    Je crois que c’est le mot qui conviens. On ne sait pas. Et c’est bien pour cela qu’à chaque fois on est surpris: on ne savait pas que cela pouvait arriver, comme cela, chez nous…

    Reply
  5. Kakou
    Kakou at |

    Non on ne sait pas … Et comme le dit Calogero “un jour au mauvais endroit” …. Mais se dire au jour d’aujourd’hui que ça peut être n’importe qui, n’importe quand et n’importe où ça fait flipper pour nous et les gens qu’on aime …

    Reply
  6. christel
    christel at |

    Malheureusement, j’ai le même ressenti que toi face à ce déferlement de haine et d’horreurs…

    Reply
  7. Rudégonde
    Rudégonde at |

    Comme je te comprends! Mes plus jeunes Oursons de 5 et 4 ans sont encore dans la jolie bulle de leur enfance mais mon grand de 8 ans comprends petit à petit la situation qu’il attend à la radio ou au détour de l’une de nos conversations de grand. Et je vois dans ses yeux toute la terreur que cette situation engendre. Comment les préserver et préserver leur innocence face à cette vague d’horreur et de haine que nous-mêmes adultes avons déjà tant de mal à gérer. J’ai peur du monde dans lequel ils risquent de grandir. Et en même temps, ils sont les papillons de l’espoir pour un monde plus juste. Je pense qu’ils convient de leur expliquer la situation et de leur apprendre la tolérance et l’amour de l’autre dans toute sa globalité afin que les stupides barrières que notre monde d’adulte à ériger entre les êtres humains. Parce que, bordel, elle en vaut la peine notre belle humanité. Et qu’au final, ben on fait tous popo assis, na!

    Reply
  8. Lolli
    Lolli at |

    Je ressens la même chose, on ne sait pas , le monde est devenu incertain et on frémit à chaque nouvelle attaque et comme tu dis, ceux qui doivent en savoir plus que nous n’ont pas l’air d’être mieux informés que nous… Et tout ça fait peur …

    Reply

Leave a Reply