We are (pas encore) the champions !

La vie c’est comme une boite de chocolats qu’il disait le gars Forest. Pour ma part je dirai plutôt que la vie c’est comme être sélectionneur de l’équipe de France de foot.

J’ai de plus en plus souvent l’impression d’être Raymond Domenech. Non pas que j’aime me ridiculiser devant les cameras ou que j’ai une coupe de caniche abricot mais plutôt parce que c’est vachement pas simple de gérer une équipe.

De toute façon ça commençait mal. Pour le recrutement de l’équipe je n’ai même pas eu mon mot à dire. C’est le président du club (un sombre financier qui se fait appeler Dieu) qui a tout géré tout seul. Il a organisé les transferts sans même me demander si je préférais tel ou tel profil de joueur. Par contre, bien entendu, charge à moi de faire en sorte qu’ils ne manquent de rien à leur arrivée.
Heureusement j’avais mon assistante pour m’aider dans cette tâche. On a dû redécorer tout l’espace de vie pour qu’ils s’y sentent bien. On s’est ruiné en équipement dernier cri chez les meilleurs équipementiers. On a même dû se plier à leurs habitudes alimentaires ! Enfin bref, des frais, des frais et encore des frais. Au début, pour me donner du courage, je m’accrochais à l’idée qu’il y aurait de bons résultats. Que notre investissement en temps ou en argent serait rapidement compensé par une osmose gagnante. Et bien c’est mal barré …

Ca fait maintenant 2 ans que l’équipe est formée. Le joueur le plus expérimenté, Miniature N°1, est assez instable dès qu’il s’agit de mettre en place le jeu collectif. Elle a bien des difficultés à partager le ballon avec sa coéquipière. Pire, elle prend un malin plaisir à toujours revendiquer la propriété de chaque ballon que N°2 prend pour s’entrainer. Pendant les matchs je l’ai même surprise à tacler, tirer les cheveux et le maillot, pousser sa camarade pour le plaisir de la voir manger la pelouse.

Quand tu entends “Allez les bleus” c’est pas pour t’encourager à en faire sur les jambes de ton coéquipier, merde !

N°2, après plus d’un an à supporter ces agissements a fini par adopter le même genre de comportement. Au début elle ne montrait son opposition que par des cris stridents sur le terrain mais en grandissant elle a rapidement compris que les actes étaient bien souvent plus efficaces. Dernière arme utilisée : sa dentition ! En pleine séance de jeu, N°1 se met à hurler que sa coéquipière venait de lui mordre l’épaule. N°2, elle, bafouillait à son tour que N°1 l’avait au préalable tapée.

A l’école d’entraineurs personne ne nous apprend à gérer ce genre de conflits et c’est bien dommage. En fait y’a même pas d’école hein … On te nomme entraineur comme ça, du jour au lendemain. Tu passes de joueur vétéran à entraineur en à peine 9 mois. Y’a bien quelques anciens entraineurs qui écrivent des bouquins pour vendre prodiguer leurs conseils mais c’est comme pour tout hein … y’a du bon et du mauvais. Parait même qu’il y en a qui osent te refiler leur méthode sans même avoir réussi à mener une équipe jusqu’en ligue des champions.

On m’avait dit que c’était bien d’avoir des joueurs avec peu d’écart d’âge. Que ce n’était pas toujours facile les premières années mais que plus tard j’apprécierai de les voir très complices et pouvant jouer en presque parfaite osmose.
Bah c’est faux !
Ce n’est pas que “ce n’est pas toujours facile les premières années” c’est que c’est super l’horreur presque en non-stop ! C’est usant …
Y’a un autre truc qui m’énerve gravement. Ce sont les entraineurs amnésiques. Ceux qui semblent avoir oublié à quel point mener son équipe sur la plus haute marche du podium demande des efforts quotidiens. Ceux qui s’offusquent quand tu oses te plaindre de la difficulté de la tache ou encore ceux qui ont pratiqué le politiquement correct toute leur carrière en refoulant bien profondément leur envie de dire aux journalistes sportifs qu’ils en avaient ras la casquette.

Enfin bref … demain y’a une nouvelle séance d’entrainement. Il faut que je trouve en moi la force de les préparer à jouer la ligue des champions. Celle qui ne fait pas de cadeau aux joueurs les plus faibles. Celle dans laquelle les arbitres sortent leur carton rouge plus vite que Cindy de secret story ne sort ses seins.

Sur ces mots je vous laisse, faut absolument que je trouve de l’E.P.O … pas pour elles hein … pour moi. J’ai peur de ne pas tenir jusqu’à la fin du championnat.

Merci aux frères de l’abbaye du Chaussé aux moines pour l’illustration sonore.

Rendez-vous sur Hellocoton !
ça pourrait te plaire aussi :

11 Responses

  1. chocoladdict
    chocoladdict at |

    et elles ont combien d'écart d'âge tes championnes? tu as déjà songé à les muter dans un autre club l'espace de quelques jours histoire d'éviter l'EPO? )

    Reply
  2. cerisebio
    cerisebio at |

    Ici la solution c'est chacun son ballon ! Bon pour le jeu collectif on repassera… mais pour nos oreilles quel confort lol !

    Reply
  3. frederic
    frederic at |

    t'es con toi aussi , c'est pas le foot qui soude une équipe tsss ….. c'est le rugby , tu t'es enduis d'erreur dès le début , t'as plus qu'à transformer l'essai et hop ! finger dans le pif !!

    Reply
  4. maman panda
    maman panda at |

    je ris et je ris encore, j'imagine le tableau…

    Reply
  5. Till the Cat
    Till the Cat at |

    @ chocoladdict : elles ont 2 ans d'écart. On pense bien à les envoyer faire quelques entrainements dans d'autres clubs mais les clubs demandeurs ne sont pas très nombreux :o (

    @ cerisebio : je te rassure, elles ausi ont chacune leur ballon mais ça ne les empêche pas de toujours vouloir le ballon de l'autre

    @ frederic : c'est pas trop tard pour les reconvertir au rugby ? Sinon j'ai bien pensé à la natation synchro mais j'ai peur que la grande veuille noyer la plus petite.

    @ maman panda : et encore je ne vous ai pas mis le son … erf …

    Reply
  6. frederic
    frederic at |

    C'est trop tard ….. elles ont goutés aux salaires indécents et avantages monstrueux de la baballe …… même la natation synchro ne pourra rien y changer , c'est mort Ô-Ô

    Bon courage pour la suite , ah ! et puis de toute façon vous vous êtes fourvoyés dès le début ; l'écart idéal est de 4 ans , pas de 2

    Sincères condoléances à Aglaë et à toi

    Reply
  7. MamyS
    MamyS at |

    je compatis d'autant plus je suis entraineur à la retraite (ouais, au féminin c'est moyen!)…

    Reply
  8. Moi tout simplement....
    Moi tout simplement.... at |

    je suis mdr!!!!!

    j'aurai bientôt une équipe masculine, le joueur N°1 aura 2 ans 1/2 de plus que le joueur N°2, je m'y vois bien apres un message comme le tien.

    Sachant que N°1 a deja bien compris comment tacler l'un de ses 20 coéquipier de creche!

    par contre tu me consoles sur un point, si j'avais fait une équipe féminine, ce serait a peu près pareil donc.

    Biz et merci pour ton blog bien déculpabilisant!

    Reply
  9. MissBroWnie
    MissBroWnie at |

    Mon équipe a 18 mois d'écart et a 5 ans et 3 ans 1/2, ils sont soudés quand ils ont envie…
    Mais le joueur 1 est souvent en mode attaquant alors que le joueur 2 joue en défense …

    7 ans d'écart, finalement, ça aurait été mieux …

    Reply
  10. Fanfreluche
    Fanfreluche at |

    J'ai vu le cousin de Mister MySweetHoney, 2 ans après notre première rencontre, lors de la naissance de son fils qui a donc 2 ans…
    Il est Usé…Maigre…Les yeux tirés… le teint gris… Le patienthomètre à 0… Le marrage difficile…

    Ca a remonté les désir de paternité de mon jules…

    Je vous comprends pas…

    Reply
  11. nanouspm
    nanouspm at |

    ahaha, les premières années difficiles avec des enfants rapprochés durent très longtemps… genre au moins 15 ans !! J’en sais quelque chose, j’ai eu 3 mini en 30 mois. Bon, aucun n’a encore 15 ans, le plus vieux en a 9, mais ces année difficiles ne sont pas encore finies !!!! Dans mon équipe aussi il y a des dysfonctionnements tels que dans la tienne ! Ca rassure de voir que ce n’est pas que chez nous, mais bon, ça ne résoud pas le problème !!!

    Reply

Leave a Reply