52 Responses

  1. les aventures de KKP
    les aventures de KKP at |

    Je me fais un peu la même réflexion quand j’arrive la matin à l’école. Le nombre de parents qui ne disent pas bonjour, qui bousculent les autres pour entrer en premier… on voit que tout le monde est pressé, stressé, et le respect des autres passe à la trappe. Evidemment, après, les enfants font pareil.
    Et tu me fais très peur parce que vendredi prochain, j’accompagne ma première sortie scolaire: 29 enfants de 3/4 ans en forêt… (avec en prime 1h de car aller-retour). Bon ben……. soupir…je suis prévenue, comme ça!!!

    Reply
  2. Amélise
    Amélise at |

    Je ne peux qu’être d’accord avec toi cher monsieur chat…. Les enfants d’aujourd’hui pour un certain nombre d’entre eux ont un énorme problème avec les limites et la gestion de la frustration générée par ces limites. Souvent les enfants “problématiques” sont impossibles à gérer dans une classe car c’est le seul endroit où les limites et le cadre existe et du coup il n’en veulent pas…..
    Merci en tout cas pour cette marque de soutien

    Reply
  3. Amélise
    Amélise at |

    *existent
    (faut toujours se relire ….. :p )

    Reply
  4. corinne
    corinne at |

    Bah, ils vont tellement peu à l’école nos enfants. Je m’explique: si les parents travaillent, les enfants passent plus de temps en périscolaire qu’en scolaire (24h/semaine – les absences, formation, grèves, etc). Comment comprendre que le professeur est LA personne à respecter? Et si un des heureux parents peut éviter le périscolaire à ses enfants, ben idem quoi, ils passent si peu de temps à se comporter en écolier en classe. Bref, à ramener l’école au niveau d’une des multiples activités de notre jeunesse, on lui a retiré son importance. Remettre cela au niveau coûte cher, sauf si on accepte des enseignants plus nombreux mais moins formés , moins payés (mais seront ils moins compétents?) et plus présents.

    Reply
    1. Val
      Val at |

      pas tout à fait d’accord avec ceci.
      LA personne à respecter, c’est tout le monde, non ?
      enfin, c’est la vision des choses.

      je connais des gens qui ne disent pas bonjour à l’homme de ménage d’un grand immeuble car c’est qu’un homme de ménage … lamentable !

      Reply
      1. Val
        Val at |

        * ma vision (oui, tjs se relire avant de poster ;)

        Reply
      2. Céline
        Céline at |

        oui voilà, j’aurai dit pareil.
        J’attends de mes enfants qu’ils respectent tout le monde : leurs parents, leur instit, mais aussi l’ATSEM, la femme de ménage, la surveillante de garderie, les monos de l’accueil de loisirs* … et bien sur les autres enfants …

        *liste non exhaustive

        Reply
  5. Val
    Val at |

    Cher Till,

    Tu as bien raison (je me permets le tutoiement ayant l’impression de te connaître suivant tes posts et ton blog).
    Pour ma part, je ne donne jamais raison à mes enfants si j’entends une remarque d’un instit ou de l’encadrement du centre de loisirs. bien au contraire … on en rediscute à la maison et on s’explique. ils savent que la politesse est primordiale. hors de question qu’ils ne disent pas bonjour ou répondent quand on leur parle.
    et oui, ça fait peur. une fois, mon boulanger m’a dit : avec vous, c’est super, on a droit à une phrase pour demander une baguette. je lui ai demandé pourquoi et il m’a répondu que la plupart du temps, ses clients lui disent “une baguette” en entrant dans la boutique. ça m’a estomaqué !
    aujourd’hui, comme tu le dis plus ou moins, on pointe la politesse alors que c’est bien l’inverse qui devrait marquer.
    et oui, moi aussi, j’en vois des parents qui disent à peine bonjour pour choper leur enfant à la sortie de l’école et rentrer vite chez eux … c’est navrant ! (et pas qu’en région parisienne où tt le monde est stress, mais aussi en petite commune où l’on est désormais et où les gens sont qd même plus cool)
    chez moi, comme chez toi, ces comportements ne passent pas ! d’ailleurs, avec mon fils qui essaye souvent d’avoir le dernier mot et ce qu’il veut, je lui réponds qu’il n’est le roi de la maison !
    sur ce, bon WE avec tes miniatures.

    Val

    Reply
  6. lauriane
    lauriane at |

    tout a fait d’accord avec toi. Je suis convoquée lundi par la maîtresse car m’a fille m’a rapporté qu’elle était tout le temps embêtée en classe par des gamins qui font n’importe quoi en plein cours.j’ai mis un mot dans le cahier, c’est moi qui suit convoquée, les gamins jamais et leurs parents encore moins!!! j’ai toujours demandé a ma fille de ne pas rentrer dans cette spirale et c’est elle qui devient différente!! car elle ne suit pas le mouvement. j’entends des mots dans la bouche de ses enfants qui ne sont pas de leur age et les parents ne disent rien. je ne suis pas parfaite, encore moins une mère parfaite, on me dit parfois trop sévère mais il y a des limites que mes enfants ne doivent pas dépasser a la maison et a l’école.

    Reply
  7. LudiM
    LudiM at |

    Tu as employé le bon mot: tyran.
    Je crois que pas mal de parents confondent l’enfant-roi (la version décrite dans le livre du même nom, dont je suis fan), et l’enfant-tyran. Quand on essaie d’être à l’écoute de son enfant, de ses sentiments, c’est 10 fois plus dur de lui imposer des limites, ça demande beaucoup plus de travail en tant que parents. Je pense que beaucoup de parents ont envie d’avoir une éducation “compréhensive” sans se rendre compte du surplus de travail (les termes ne sont pas bien choisis, mais l’idée est là) que ça représente pour inculquer en même temps de vraies limites. Je ne sais pas s’ils démissionnent, ils sont engagés dans un truc qui les dépassent et qu’ils n’étaient pas forcément près à assumer au départ (je ne parle pas des enfants mais du style d’éducation). Je m’arrête là, j’ai été trop bavarde!

    Reply
  8. Céline
    Céline at |

    Je sais pas si on peut dire que les parents démissionnent tant que ça … je crois que c’est même pire : quand tu vois les parents dans leurs comportements sociaux, tu comprends pourquoi les enfants sont comme ça !

    Va expliquer à un gamin de 6/7 ans que, non, vraiment il n’est pas pas correct de traiter de sale pute la maman de sa copine de classe, puisque son (ses) parent(s) utilise uniquement ce langage … tous ces parents qui ne contrôlent absolument plus leur langage devant leurs enfants …
    Je sais pas, nous on essaye de pas trop se lâcher quand même, j’ai adopté le “mer….credi”, on évite d’être grossiers, et si ça nous échappe on s’excuse …

    Bref, la couille dans le potage c’est peut être à nous, parents concernés, de faire en sorte qu’elle n’atterrisse pas dans l’assiette de nos enfants, et au cas où, leur apprendre à la jeter discrètement sous la table pour que le chien la mange (et, non, on ne jette pas la couille du potage à la gueule de la tôlière, petit con !!!! ….. oups, pardon …. :D )

    Reply
  9. Natacha no Gluten
    Natacha no Gluten at |

    Ton article me parle car mon fils fait partie des enfants sages et bien élevés. Et je reste effarée de tous ces enfants mal élevés, qui répondent, qui hurlent, qui te regardent d’un air hautain alors qu’ils n’ont pas 6 ans ect… Mais quand je regarde leurs parents, je comprends mieux. Que de mépris, d’égoïsme, d’irrespect dans la société actuelle.
    Cela m’inquiète, moi aussi. D’une manière générale et aussi car je me dis que mon “gentil garçon” risque de se faire enquiquiner par ces fameuses terreurs et ça me fait peur. Tes filles ne se font pas maltraitées à l’école?

    Reply
  10. audrey
    audrey at |

    Je partage entièrement… mais mon inquiétude c’est que tout le monde partage … y sont où les parents de ces enfants ultramajoritaires pas super bien élevés ? Parce que quand on parle de ce sujet récurrent avec son entourage, tout le monde est d’accord pour dire que c’est de pire en pire (y compris moi), mais personne n’est concerné : “les miens y sont sages” (y compris moi…).
    Du coup je me dis que peut être nous voyons la paille chez l’autre et pas la poutre dans notre dos…Même si moi aussi j’ai pourtant de bon retour des instits sur le comportements de mes enfants.
    Bon après j’avoue quand je fais des sorties scolaires ou que j’organise des gouters à la maison… ouahhh y en a vraiment qui sont hard et je me dis que j’ai de la chance d’avoir mes loulous.
    Till the cat tu triches t’as que des filles, c’est pas du jeu ;-) ))

    Reply
  11. laure
    laure at |

    Bonjour ! d’un seul coup j’me sens moins seule !!!! MERCI !!! cela fait qq temps que ça me prend la tête, mon fils se fait bouffer par ces ptits monstres sans limites (insultes, violence, intimidations, menaces) parcequ’ils le savent non violent, calme etc … j’ai tj des compliments de la part des instituteurs de mon fils par rapport à son comportement et ses résultats scolaires. Mais quand le fiston se met à pleurer le soir parcequ’il en a marre qu’on l’embête à l’école et qu’il veut plus y aller de peur de se faire casser la figure, là j’ai les boules, et 1 grosses boules au ventre !!!! ras le bol de cette tiranie des plus forts, même la directrice n’ose plus être trop sévère parcequ’une année alors qu’elle était enceinte elle s’est pris 1 coup dans le ventre parcequ’elle réprimandait 1 élève suite à 1 bêtise … le monde tourne à l’envers et j’ai peur de l’avenir, de la façon dont ça va évoluer … va-t-on vivre dans la jungle dans qq années ? la loi du plus fort sera-t-elle la seule appliquée ?? pourquoi 1 telle montée de violence ?? comment y mettre 1 terme ?? le gouvernement se rend il compte du stade où en est rendu ? si oui réfléchissent ils à des solutions ?? bcp de questions sans réponses qui me trottent depuis 1 moment et ça me rassure pas …

    Reply
    1. Anne-Laure
      Anne-Laure at |

      Laure, pour ton fils, j’ai eu un cas du même style dans mon entourage.

      Le fils d’amis à nous était persécuté par ses camarades de 6°. Ses parents l’ont inscrit à un sport de combat (art martial ou boxe je ne sais plus). Du coup, il a pris confiance en lui, les autres l’ont senti et n’ont plus osé l’embêter, sans qu’il ait à utiliser la force à son tour.

      Reply
  12. Pauline
    Pauline at |

    ça me rassure un peu, je me sens un peu moins seule.
    Je pense que c’est surtout une question d’éducation. En fait, souvent il y a une minorité d’enfants insupportables et après il y a le phénomène de groupe.
    Après ça fait peur tout ça !!

    Reply
  13. Mia M
    Mia M at |

    Tout fout le camps mon bon Monsieur ;)
    J’en aurais des anecdotes croustillantes à vous raconter, je suis directrice d’école.
    Mais voilà, mon bon monsieur, quand l’enfant est Roi chez lui, tout fout le camps mon bon Monsieur. ;)
    Pour l’instant, je remets les familles concernées à leur place, même pas peur!!!! Trop facile, j’ai deux classes et une grande gueule qui ne connait pas la langue de bois.

    Reply
  14. Lilounette
    Lilounette at |

    Bonjour Till,
    C’est malheureusement le constat que je fais également.
    J’ai fait une sortie avec la classe de mon fils. Il y avait plusieurs mamans présentes. Puis il y a eu un petit garçon qui s’amusait à pousser d’autres enfants qui ne jouaient pas avec lui…puis il a poussé une petite fille qui jouait tranquillement vraiment fort et sans raison. La petite est tombée, je vais voir le petit garçon et je lui dis qu’il ne doit pas pousser ses camarades comme ça et je lui demande d’aller s’asseoir pour réfléchir à ce qu’il vient de faire. J’ai découvert à ce moment là que sa maman était présente à cette sortie. Il est arrivé en pleurant (alors que je lui ai parlé sans même élever le ton) vers elle parce que je lui ai dit de s’asseoir. Je lui explique donc pourquoi… Réaction de la maman : “oh mais il n’a pas fait exprès ! viens moi chéri je vais te faire un câlin !” et j’ai eu le droit à un regard noir…. OUI on peut élever son/enfant(s) comme on l’entend mais NON vos enfants ne sont pas des petits anges 24h/24 7j/7

    Reply
    1. Céline
      Céline at |

      ha nan mais moi j’ai pas dit que les miens étaient des anges !
      D’ailleurs mon grand, sans un être un caïd loin de là, à la fâcheuse tendance à parler avec les mains, et je le vois tout à fait capable de se mettre dans les mauvais coups …. Faut pas non plus être naïf !

      Mais c’est justement face à des parents comme cette mère que je bout de rage : mon fils fait une connerie, faut qu’il assume les conséquences, et si c’est quelqu’un d’autre qui le remet à sa place (parce que j’ai pas vu, parce que je suis pas présente ….) ben tant mieux !
      Aujourd’hui faut plus rien dire aux gamins qui ne sont pas les nôtres sous peine de se voir menacer par les parents, mais c’est le monde à l’envers !
      Quand c’est fait avec respect et bon sens, je ne vois pas pourquoi un autre adulte que moi ou mon mari ne pourrait pas reprendre mon fils.

      C’est peut être ce qui manque le plus à notre société : l’éducation du “village”, celle où chaque adulte se sent concerné par chaque enfant ….

      Reply
      1. Anne-Laure
        Anne-Laure at |

        pleinement d’accord avec toi ;-)

        Reply
      2. cheun
        cheun at |

        “mon fils fait une connerie, faut qu’il assume les conséquences, et si c’est quelqu’un d’autre qui le remet à sa place (parce que j’ai pas vu, parce que je suis pas présente ….) ben tant mieux !”
        J’aime ! Et j’approuve ! C’est aussi notre mode de fonctionnement : que cela se passe à l’école (et pas de “c’est pas moi c’est machin qui m’a demandé de faire” qui tienne) ou quand on est en collectivité avec 15-20 enfants qui courent partout (tous les parents copains sont responsables de tous les enfants et ont carte blanche pour sermonner et isoler un coupable)

        Reply
  15. angemad
    angemad at |

    Mais c’est formidable, tous les parents d’enfants sages de France et de Navarre se concentrent sur ce blog, formidable, tu as le meilleur lectorat du monde !

    Reply
    1. Anne
      Anne at |

      Yesssssssss l’enfer est pavé de bonnes intentions :-D mais bon si on le lit c’est qu’on s’intéresse un minimum à ce qui le préoccupe ;-)

      Reply
  16. electromenagere
    electromenagere at |

    Du coup je dis d’accord et pas d’accord :)
    Oui je serais tentée de dire ça et puis après ? Je veux dire que nos grand-mères tenaient déjà le même discours : est-ce que c’était vrai selon nous ? Est-ce que ça a changé quelque chose ?
    Ensuite je suis aussi étonnée qu’un commentaire précédent qui disait que si tout le monde trouvait son enfant bien élevé et pas les autres, où sont ces fameux parents et ces fameux enfants ? Déjà si on écoutait tous les parents, il n’y aurait que des premiers de classe dans les écoles de France.
    Du coup je suis tentée de dire qu’on a tort de dire ça parce qu’on propage l’idée d’enfant je-m’en-foutiste et mal élevé au moindre écart et qu’on réfléchit pas plus loin.
    Pour donner un exemple assez précis, je regrette que mon fils ait eu si tôt l’usage de la tablette numérique. Aujourd’hui il a quatre ans, il va à l’école et il s’ennuie. Pour moi le rapport entre cette génération de la satisfaction immédiate et le temps de l’école fait qu’ils s’ennuient peut être et du coup sont moins réceptifs, moins attentifs. Bref cela peut venir d’ailleurs, pas juste se contenter “des sales gosses d’aujourd’hui” Ben Till alors, tu fêtes tes 80 ans ou quoi ? :D

    Reply
  17. Mely Chloé
    Mely Chloé at |

    La F.A.C.I.L.I.T.Ė…Les parents veulent pas prendre le temps de les “élever”,préfèrent même critiquer les instit., devant leurs enfants!
    J’ai 2′ tits loups (1 garçon de 10 ans et une fille de 6ans), je suis tjs fière quand les parents ou les instit., le docteur,le restaurateur.. nous félicitent de leur comportements.C’est vrai que pour l’anniversaire du grd j’ai ENCORE “fait”ma loi du gros mot et du language “limite”interdit ds ma maison:la tête des copains de mon fils^^!Je ne suis pas parfaite, mais Pu…naise et Mer…credi font partis de mon vocabulaire depuis que j’ai des enfants.Ils auront largement le temps de les utiliser quand ils seront adultes!
    Quand je vois certains parents éclater de rires en racontant comment ils se sont fait insulter:dernièrement une petite de 5ans qui dit à sa maman :”Tu m’saoule !”..Trèèès drôle (ironique), en plus le raconter devant la petite pour lui donner encore l’envie de le refaire puisque c’est rigolo!
    Je passe pour une maman sévère,j’ai certaine fois une boule ds le ventre de les avoirs grondé ou punis, mais je vois que ça porte ses fruits .

    Reply
  18. Stéphanie
    Stéphanie at |

    Professeur des écoles depuis 20 ans, je me méfie énormément des “de pire en pire”, c’est comme “le niveau baisse” c’est largement sujet à caution !

    Je n’ai pour ma part pas l’impression que les enfants que j’avais en classe il y a 20 ans étaient plus “faciles” que ceux de maintenant, par contre je suis beaucoup moins démunie qu’avant pour tenir une classe ! De la fermeté et des limites, bien sûr (je suis très forte en “regard qui tue”), mais aussi du respect, de l’écoute et du travail scolaire bien pensé, motivant et enclenchant une spirale de progrès sont les meilleurs outils.

    N’oublions pas que les mythiques enfants sages d’autrefois (notre enfance, celle de nos parents ?) étaient “sages” en surface, maintenus par la peur bien souvent.

    J’ai moi-même été élevée à la paire de claques qui jaillissait sans explication au gré du niveau d’énervement de ma mère… j’étais une enfant trèèèès sage, éteinte même ! Cela a ensuite été un long travail pour oser avoir une opinion et la faire connaître puis apprendre à agir autrement avec mes enfants (aujourd’hui grands et plutôt bien élevés je trouve) et avec mes élèves évidemment.

    Les enfants difficiles à gérer en classe ne sont pas les “effrontés mal élevés” (il y en a quelques-uns, je le confirme) qui comprennent vite qu’avec vous ça ne va pas marcher comme ça… non, ceux difficiles à gérer sont ceux qui souffrent (parents dans des situations très précaires et/ou en souffrance eux-mêmes) et là c’est la société dans son ensemble qui est concernée et certainement pas uniquement des parents “laxistes” ou des professeurs des écoles en manque d’autorité…

    Sinon tout à fait d’accord avec Till, élever des enfants c’est exigeant et il ne faut pas lâcher dans l’intérêt de tous et le leur en premier !

    Reply
  19. Catherine
    Catherine at |

    Je suis prof en lycée et collège et ce depuis 10 ans mais aussi maman d’un petit de 3 ans. Quand je l’accompagne à l’école le matin, je suis témoin de ce que tu décris mais avant tout venant des parents qui font de leur mieux pour ne pas croiser ton regard et devoir se fendre d’un “bonjour”, tu m’étonnes que leurs petits ne fassent pas mieux, bel exemple!
    Malheureusement, quand dans la foulée je vais au boulot, ce n’est guère mieux: ce que tu décris non seulement perdure mais s’accentue les années (du lycée centre ville d’une ville bourgeoise au collège de ZEP en passant par le lycée pro, je les ai tous faits) Et tu te retrouves agressé(e) en tant que prof par des ados vindicatifs soutenus par des parents qui viennent chercher “en” toi, LE prof, la raison de l’échec de leur chérubin plutôt que de se demander s’ils ont, eux, été derrière pour les pousser à bosser pour leur avenir. TRISTE!

    Reply
  20. Cli
    Cli at |

    En fait ce n’est pas qu’une question de démission, c’est aussi du au fait que les parents eux-mêmes (pour ce que j’en ai vu) ne connaissent pas le respect. Ou du moins ne respectent pas l’école, les profs, les institutions. Ils sont les plus forts et voilà l’exemple qu’ils donnent à leurs enfants!
    Il me semble que cela a été très fort durant une période mais de plus en plus de personnes voient cela, s’en offusquent et tente alors d’inculquer le respect à leurs enfants (à ce que je remarque dans mon entourage et sur les réseaux sociaux/blogs). J’ai donc espoir que la tendance s’inverse….

    Reply
  21. Lizzie
    Lizzie at |

    Enseignante et maman, je fais aussi ce constat (j’enseigne depuis 20 ans). Je ne me risquerais pas à proposer une explication, mais voici ce que j’ai déjà entendu en réunion parents professeurs et que je trouve aussi édifiant qu’éclairant:
    Cas 1, ado LaTerreurJ’enBranlePasUne: chère Madame Maman, avez vous pensé, une fois que toutes les explications sont restées lettres mortes, à passer à l’aspect certes déplaisant mais qui vous incombe (eh oui c’est livré avec le môme) de la punition? Pourriez vous envisager de retirer de sa chambre ce qui n’y est pas indispensable, genre la télé, le lecteur dvd, la play, le pc, la wii, le téléphone portable (liste non exhaustive)?
    Réponse: Nan mais ça va pas, ça va être l’enfer à la maison!
    Moralité: évidemment, il vaut mieux que l’enfer soit au collège… quoique vu le chemin qu’il prend, le cher petit restera plus longtemps at home que at school.
    Cas 2, adoJ’teMépriseGraveLaTronche: Cher Monsieur (vive la parité) votre fille (parité again) pourrait-elle envisager de faire ses exercices, apprendre ses leçons, ne plus me couper la parole pour dire des ù%§* et user de la politesse de base que vous avez sans doute eu à coeur de lui apprendre?
    Réponse: Madame (oui je suis dans un bon collège quand même) vous êtes payée à rien faire avec mes impôts, alors TiteChérie a le droit de faire ce qu’elle veut, vous n’avez qu’à capter son attention, de mon temps les profs…
    Moralité: puisque je paye des impôts aussi, on peut dire que je m’autofinance partiellement M’sieur, nan????
    Et à côté il y a les parents bien, qui ont tout fait pour que leur ado-gamin-morveux soit bien élevé, gentil avec la dame et tout et tout et qui viennent les larmes aux yeux “je ne sais plus comment faire, je vous en supplie avez vous une solution????”
    Ben non.
    Du coup Fiston apprend l’hapkido. Préventif, quoi…

    Reply
  22. marion
    marion at |

    Très bon article la preuve cela suscite beaucoup de commentaires ;-)
    En même temps le respect s’apprend au travers de l’autorité que l’on exerce sur son enfant. Si cette autorité n’est pas adaptée et que les parents ont le sentiment d’être au plus près de l’autorité juste alors tout le monde pense être sur le bon chemin sans finalement se remettre en question. Car, il est toujours très difficile d’admettre que l’on puisse faire des erreurs auprès de son enfant. Chaque parent souhaite donner le meilleur pour son enfant et même s’il fait des erreurs cela demande une grande remise en question de la part du parent, ne pas se sentir juger, pouvoir être écouter en tout bienveillance mais est-ce que c’est vraiment cela que l’on propose à ses parents en difficultés face à leurs enfants ?
    Il y a beaucoup à faire mais il n’y a pas de raisons pour ne pas y arriver.

    Reply
  23. Anne
    Anne at |

    C’est vrai les profs font un métier difficile et les parents aussi. Mes enfants sont parents mais il me semble qu’à un moment, quand ils étaient petits, les profs on décrété que l’éducation c’était le rôle des parents dans le même temps que les parents se disaient que l’éducation c’était le rôle de l’école. Chacun essayant ainsi de résoudre d’une manière ou d’une autre le fait que les mamans travaillant comme des ânes, plus personne n’avait la disponibilité et l’énergie nécessaires à la maison pour tenir les repères et que de leur côté les profs avec plus de 30 bambins dans leur classe se sont dit : “après tout à l’impossible nul n’est tenu, dans ces conditions, l’enseignement c’est mon boulot, l’éducation c’est le boulot des parents”. Et les enfants se sont faufilés dans le no man’s land qu’il y a entre les deux. Maintenant parents, enfants et professeurs se partagent les conséquences de cela, chacun pour une part inversement proportionnelle à son investissement dans l’éducation. Ceci pour vous remonter le moral parce que je pense qu’un bienfait n’est jamais perdu et que tôt ou tard, quelles que soient les difficultés que vous vivez en ce moment du fait de ce système infernal si vous vous donnez du mal, un jour quand ils seront adultes, vous comprendrez pourquoi c’était la seule chose à faire et vous verrez la différence. Enfin c’est tout le mal que je vous souhaite. Quant au no man’s land, suivez mon regard et votez bien, en principe c’est à la politique de l’anticiper, d’en débattre et de proposer des solutions. Bah oui mais regardez comment ils se comportent… forcément ils n’ont rien vu d’anormal à tout ça ;-)

    Reply
  24. Nanie
    Nanie at |

    juste merci de la part d’une prof :) Heureusement, ils ne sont pas tous comme ça quand même.

    Reply
  25. MamyS
    MamyS at |

    Bonjour Till!
    Voila bien longtemps que je n’ai pas commenté, mais ce sujet-là….
    Etant prof, je pourrais abondé dans ton sens mais…. Il y a un mais.
    Quid des adultes qui ne répondent pas au bonjour d’un enfant? Quid de l’adulte qui passe devant l’enfant qui attend sagement son tour à la boulangerie? …..
    Dans mes cours je répète sans cesse: “la parole s’échange! Elle ne se partage pas!”. Et j’entends mes collègues dire qu’ils sont bavards, qu’ils n’ont pas la correction d’écouter ceux qui parlent. Et que constate-t-on lors des réunions entre profs?… Qu’un bon nombre n’écoute pas celui qui parle; qu’ils papotent avec leur voisin sans vergogne.
    Je n’évoquerai pas ici l’attitude souvent déplorable de certains sportifs ou de “vedettes” que nos enfants admirent….
    Alors certes, et dieu merci, il y a encore des parents qui sont désireux de transmettre ces valeurs de politesse et de respect des autres (et pas seulement le respect à l’adulte), mais ces pauvres gamins sont confrontés à des modèles qui ne sont pas forcément les bons…
    Cependant, comme un autre commentaire, je dirais: ne lâche rien! C’est l’avenir qui dira que tu avais raison!

    Reply
  26. Shaninie
    Shaninie at |

    Merci pour ce sujet ! Les miens sont “grands” maintenant (tous les 2 – fille et garçon – au collège), mais on leur a toujours appris que la base de tout était le respect et la politesse. Les bêtises, les erreurs ils en ont fait et ils en referont, mais on leur bien expliqué qu’on ne pourrait les défendre que s’ils n’avaient pas manqué de respect et étaient restés polis ! Pas toujours facile à appliquer quand on est dans un collège dit “sensible”, mais au final ils réalisent que leur attitude leur évite les “emmerdes” et qu’ils se font respecter des autres (élèves comme profs !).
    C’est un travail de longue haleine, on a parfois envie de baisser les bras, mais c’est trop fondamental pour ne pas se ressaisir très vite !!!
    Courage …

    Reply
  27. ker mary
    ker mary at |

    Ton article me fait du bien. hier en ballade touristique dans un coin avec des sentiers très délimités j’observais tous ces gamins qui sortaient des sentiers et dont les parents ne disaient rien. Ce matin je me demandais pourquoi je me prenait la tête a toujours être exigeante envers mes enfants, qu’au final si j’étais plus coulante je ressortirais plus calme. Mais non ce n’est pas aidé mes enfants à comprendre qu’il y a des règles et que c’est pour le bien de tous, et que si des sentiers sont limités c’est aussi pour la protection de la flore et que si on ne les respectais pas et bien un jour il n’y aura plus rien à y voir. Merci de me rappeler le pourquoi.

    Reply
  28. MissGé
    MissGé at |

    Bonjour Till,
    Merci pour ce billet et aussi tous les commentaires qui ont suivis et qui m’ont fait repensé à une situation à laquelle j’ai été confrontée il y a peu. Je n’en suis pas encore au stade de l’école, mon fils n’ayant que 13 mois mais il y a (malheureusement) déjà des comportements qui me choquent à la crèche où il va. Un soir où je suis venue le récupérer (toute joyeuse comme une bonne jeune primi-mère !), j’arrive dans sa section et je sens immédiatement que quelque chose ne va pas, le personnel de la crèche a l’air bouleversé (à la limite du choqué, tellement ils n’ont pas percuté tout de suite quand je suis entrée), je comprend qu’une des petites filles s’est faite griffée et que sa maman a du engueuler tout le personnel en plein milieu de la section devant tous les enfants … mais là où j’ai été (à mon tour) encore plus choquée, c’est qu’en repartant et en rhabillant sa fille qui “chouinait” un peu (parce que … bah c’est juste une enfant de 2-3 ans et qu’elle n’avait pas du passer la meilleure journée de sa vie !) elle lui a répondu texto : “tu peux faire le bordel ici (à la crèche) mais avec Maman et à la maison, tu te calmes” … sans commentaire
    et pour rajouter un peu plus à ma torpeur, j’ai vu la directrice pleurer dans son bureau quand je suis repartie … la boule au ventre …
    Ce sentiment de malaise a perduré pendant plusieurs jours et moi qui me prend déjà bien la tête pour savoir comment faire pour que mon fils soit bien élevé, poli … je me dit que finalement, ce ne sont pas les enfants les pires, ce sont les parents, les enfants n’étant que leur reflet …
    je ne pense pas non plus que cela soit pire qu’avant (ou du moins je l’espère vraiment fort), mais on en parle plus et du coup, cela doit déculpabiliser certains parents qui se disent “bah c’est pas ma faute, regardez les autres aussi ils sont comme cela …”
    c’est comme les épidémies d’enfant tyran … on y arrive plus avec son enfant, il est infernal, il n’obéit pas … bah c’est un enfant tyran alors ça s’explique … sauf qu’il n’y a pas plus d’enfant tyran qu’avant mais on en parle plus et les parents attrape la bouée au passage …
    Merci encore pour ce blog et cet article qui m’a permis de rédiger mon premier commentaire !

    Reply
  29. Leona
    Leona at |

    Très bon article sur un très lourd sujet.
    Je suis un peu perplexe face à certains commentaires, mais je les trouve tous intéressants.

    J’ai tendance à considérer moi aussi qu’on ne peut pas vraiment parler de “démission des parents” quand les parents eux-mêmes ne pratiquent ni la politesse, ni la patience, ni le respect.

    J’ai tendance à penser qu’éduquer est le “boulot” des parents, tandis que le “boulot” des profs est d’enseigner. Les profs doivent bien sûr exercer l’autorité dans l’enceinte de l’école, mais ce n’est pas leur responsabilité d’apprendre à leurs élèves ce qu’est l’autorité à la place des parents.

    Les comportements choquants – des parents, en fait – commencent dès le bac à sable, avec l’enfant qui balance du sable dans la figure des autres petits sans se faire réprimander par ses parents. Ils commencent à la crèche, avec l’enfant qui mord jusqu’au sang ma fille, plusieurs jours de suite, et dont la maman réagit en rigolant et en disant “ah oui, il a du caractère mon petit, il ne se laisse pas faire !”.

    Mes deux enfants – 6 ans et 3 ans – sont loin d’être des anges. Je les harcèle sans répit pour leur inculquer “les bonnes manières” (dire bonjour, dire merci, ne pas arracher un jouet des mains d’un autre enfant, ne pas mentir, ne pas couper la parole, ne pas insulter…), et parfois j’en ai MARRE de jouer le “bad cop” tout le temps. Tous les jours. Le matin, le soir. Au parc, au supermarché, dans la voiture… Alors que leurs copains ne pratiquent pas forcément ce que moi j’exige de mes enfants. C’est usant. Et mes enfants sont parfaitement conscients que “les copains ils ont le droit de faire ça alors que nous, on n’a pas le droit, c’est pas juste !!”

    La seule solution, à mon avis, c’est de “choisir ses combats” : adapter les exigences selon l’âge de l’enfant, tout d’abord. Ne pas leur imposer TOUS les interdits en même temps, commencer par les plus “graves” (ne pas taper, ne pas faire de “crise”, obéir quand il s’agit de la sécurité et de l’hygiène), en ajouter ensuite…

    Et aussi ne pas forcément chercher à en faire des “modèles”, renoncer à certaines limites moins indispensables. Mes propres parents étaient beaucoup plus sévères que je ne le suis, notamment sur la télé, ou sur les bonnes manières à table (je n’avais même pas le droit de parler pendant le repas, à moins que mes parents ne me posent une question… et évidemment pas le droit de quitter la table avant eux !). Je suis donc parfois en conflit avec mes propres parents sur l’éducation de leurs petits-enfants…

    Reply
  30. aurelie
    aurelie at |

    Ma fille a 2 ans, âge fabuleux n’est ce pas, et j’ai la perpétuelle impression de lui dire “non”, “on ne fait pas ça”, “écoutes-moi”, Je préviens et j’explique 2 fois, la 3ème c’est punition, sauf si elle tape (par bonheur c’est rarissime) où je la punie tout de suite.
    Par contre sa chambre c’est souvent Beyrouth, ses vêtements sont souvent couvert de terre, de feutres ou de gomettes,et ses cheveux en bataille.
    Et bien c’est impressionnant le nombre de fois où l’on m’a dit que j’étais trop stricte, trop dure, qu’il fallait que je lâche du lest quant à son éducation mais que par contre il fallait lui couvrir le crâne de barrettes et la changer dès qu’on met le nez dehors…
    Heu… L’apparence a prit le dessus sur tout le reste???
    Je préfère une gamine qui dit STP et merci avec la mèche rebelle à une petite peste au plissé impec de sa jupe qui te balance son assiette à la tête!
    Je ne lâcherais rien parce que justement je ne veux pas que ma fille devienne une terreur qui dirige tout et ne supporte pas la contrariété.

    (j’ai eu l’écrit du CAPES et j’ai jamais été passé l’oral parce que je crois que j’aurais finit en tôle pour violence sur mineurs avec tous ces gamins irrespectueux et têtes à claques!)

    Reply
  31. Anandy
    Anandy at |

    « Lorsque les pères s’habituent à laisser faire leurs enfants,
    lorsque les fils ne tiennent plus compte des paroles des pères,
    lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves, et préfèrent les flatter,
    lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus, au dessus d’eux, l’autorité de rien ni de personne, alors c’est là, en toute beauté et en toute jeunesse, le début de la tyrannie. »
    Platon 347 av JC
    « Les jeunes d’aujourd’hui aiment le luxe; ils sont mal élevés, méprisent l’autorité, n’ont aucun respect pour leurs aînés, et bavardent au lieu de travailler. Ils ne se lèvent plus lorsqu’un adulte pénètre dans la pièce où ils se trouvent. Ils contredisent leurs parents, plastronnent en société se hâtent à table d’engloutir les desserts, croisent les jambes et tyrannisent leurs maîtres. »
    Socrate 450 av JC

    Histoire de relativiser (sans banaliser pour autant)… Je suis travailleuse sociale auprès d’adolescents pas toujours faciles… Pourtant, je sais aussi que regarder le monde sous la lunette du “c’était mieux avant” tend à promouvoir une vision raccourcie qui peut parfois mener au populisme et à désigner des coupables tout désignés (ces parents démissionnaires, ces ados irrespectueux, ces enfants rois…). Pendant que nous regardons le voisin qui élève mal ses enfants, alors qu’on se donne nous de la peine, nous ne nos révoltons pas contre l’injustice sociale qui est un vraie tyrannie, acceptée bien trop souvent sans broncher…

    Reply
  32. m-estelle
    m-estelle at |

    Oh! quel sujet brûlant, et que de commentaires intéressants!
    Je plussoie Leona et Aurélie: moi aussi je préfère être stricte sur les “mots magiques” et ne pas frapper (fiston a 3 ans), et coulante sur des aspects matériels (un enfant trop propre, c’est suspect!). Je fais confiance à ses instits, et cela me désole quand elles me disent qu’il s’est acoquiné avec les 2 turbulents de la classe, ceux qui n’ont pas de limites à la maison… ça nous fait encore plus de difficulté à le “faire pousser droit”… mais oui, c’est plus tard qu’on verra le fruit de nos efforts.
    Merci à Stéphanie pour son avis très relativisant, et merci à Anandy pour les citations édifiantes (même si je ne partage pas la conclusion)!

    Reply
  33. Ankya
    Ankya at |

    Je n’ai pas encore d’enfants mais j’apporte beaucoup d’importance dans le respects de ceux qui ont la connaissance (de la vie -> les parents et autres, intellectuelle -> les professeurs, …), et envers les gens en général.
    Je pense que certains parents laissent leurs enfants faire ce qu’ils veulent car ils ont (peut-être) eu trop de limites eux-mêmes et se rappellent que c’était “chiant” (même si c’était pour la bonne cause).
    Aussi, je connais une femme qui est contre tous les systèmes (politique, religieux, la “supériorité” des patrons…) donc dès que son fils fait quelque chose contre les “autorités” elle dit que c’est bien d’être antisystème (sauf qu’il va avoir 5 ans, et qu’on ne peut pas être antisystème si on ne connait pas le système).
    Si ces deux exemples peuvent t’aider dans ta quête d’une solution…

    Reply
  34. Stéphanie Fimb
    Stéphanie Fimb at |

    J’ai un gnome de 3 ans à la maison et des pré-ados-ados de 11à 15 ans en classe…Et oh comme c’est étrange, c’est finalement souvent les même règles et ( tristement) les mêmes constats: ces ados ont souvent eux-même besoin de cadre et d’attention, besoin qu’on leur explique les choses et qu’on soit . Je me retrouve à devoir expliquer des choses qui me semblent tellement simples sur le quotidien, sur les sentiments, sur les relations humaines, sur la manière de se comporter pour être respectable et respecté. Bien souvent ce qui me semble être du bon sens est un discours quasi extra-terrestre pour mes élèves biberonnés à la tv (dernièrement en demandant des exemples de voyageurs aventuriers on m’a répondu les ch’tis à las vegas…) . Alors certes j’enseigne dans un secteur “défavorisé” mais si seulement tous les parents pouvaient accorder du temps de qualité pour faire des enfants de belles futures personnes…Oui je suis idéaliste…Et prof! (cherchez l’erreur?!)

    Reply
  35. Mon bébé est-il "un méchant" ? | Natachouette & Co.

    […] m’a fait MAL de lire le billet de Till The Cat qui a clairement fait TILT. Bien sûr, il est question d’école primaire, mais un jour, […]

  36. sophie-mum
    sophie-mum at |

    j’aurais pas du lire ton billet je me suis arrêtée à tout ça me fait peur car du coup j’ai peur pour ma fille car elle est sage à l’école et veut pas qu’elle change tout ça parce qu’elle est minoritaire.
    Je le vois pour le grand il boss bien 13 de moyenne mais il se laisse vite embringué pour les conneries et du coup on lui fait la moral jusqu’à la prochaine fois.
    Car merde on essaie d’éduquer les enfants du mieux possible en bossant en leur apprenant des valeurs etc et si l’école (les camarades foutent tout en lair) on fait quoi ?! on se bagarra contre les parents ?!

    Reply
  37. Virginie
    Virginie at |

    Bonjour a tous, toutes…

    Je me joins malheureusement au groupe des déçus/surpris/étonnés/inquiets a propos du comportement des enfants aujourd’hui…

    C’est a mon sens le résultat de génération “fast food”…
    Au sens propre comme au sens figuré d’ailleurs..
    Et l’appellation est la cause comme le symptôme!

    Tout, tout de suite, facilement, sans attendre, pas cher et sans effort..
    Les parents ne cuisinent plus, les familles ne prennent plus le temps de partager de vais repas a table..
    Les parents travaillent tous non stop, n’ont plus le temps (ne le prennent plus??? Je sens que je vais encore me faire taper sur les doigts) de s’occuper eux même de leurs enfants et de faire eux même leur éducation!
    La génération elle même déjà élevée de cette façon n’a plus le goût de l’effort, de la curiosité, de l’imaginaire, du respect des lois et des gens!

    Je n’ai que 33 ans et ce que je vois autours de moi me fait peur!
    Mon fils ainé va avoir deux ans et le second vient d’avoir 7 semaines..
    Mon mari et moi nous nous battons nous aussi afin qu’ils soient élevés avec des valeurs, du respect, le sens du devoir et de l’effort.
    Nous sommes (de par nos métiers et études respectifs) chanceux de vivre dans un milieu favorisé, chanceux aussi d’avoir pu nous permettre de supprimer un de nos emplois (le mien) afin qu’un de nous se consacre au foyer, aux enfants et a leur éducation!
    Nous sommes des animaux rares par ici et dans notre entourage personne ne comprend ce choix!
    Carrière, argent, image de soi… Voilà la priorité..

    Alors pourquoi s’étonner finalement que nos enfants (enfin, les leurs ^^) tournent mal et soient mal (pas) élevés??

    Remettons les parents aux fourneaux, replaçons la famille au centre des priorités, arrêtons de courir le toujours plus, toujours mieux pour nous concentrer sur la base qui se perd: famille, valeurs, effort, courage et respect…

    Pourquoi quelque chose me dit que c’est peine perdue?
    Nous passons déjà la plupart du temps pour des extra terrestres quand nous sortons en famille quelque part, de par notre façon d’élever nos petits..
    Alors de quoi auront ils l’air d’ici un an ou deux lorsqu’ils intègreront la “vraie (????) vie” et ses lois de la jungle?
    Seront ils eux aussi des ovni?
    Devront ils se plier aux terreurs?
    Seront ils capables de se défendre?
    Auront ils la possibilité de grandir en conservant leurs valeurs?

    Nous ne pouvons qu’espérer les construire forts et intelligents assez que pour pousser haut et droit…

    Reply
    1. Miss
      Miss at |

      C’est la première fois que j’ose m’exprimer sur votre blog. Comme dit plus haut c’est un sujet qui nous touche tous de près ou de loin. Je rejoins Virginie qui dit qu’il faudrait se recentrer sur la famille. Car oui, l’école transmet le savoir et la famille, les parents transmettent les valeurs, dont le respect. L’école aussi devrait se recentrer sur son rôle : ne confondons pas école et garderie! Arrêtons de suivre les idéaux d’une société dictatoriale et dirigiste où tout doit aller toujours plus vite et toujours plus seul. Ce sont là les bases de l’égoïsme et du non-respect des autres : pour en faire plus, gagner plus, je bosse plus, les enfants? L’école, puis une baby-sitter s’en occupent! Personnellement, j’ai fait le choix de m’occuper de mon fils à plein temps et de lui inculquer certaines valeurs. Quand je le vois heureux, souriant et allant vers tout le monde, pour l’instant (il a 9 mois) je me dis que ça va. Au parc, je le vois tenter de se rapprocher d’enfants de son âge, voire plus vieux, qui passent leur temps à hurler et faire des caprices (non ils ne rendent pas le joujou qui n’est pas à eux et l’exigent)…et bien je me dis que si c’est là le résultat de la crèche, heureusement qu’il reste à la maison! En outre, on oublie souvent le bien-être de l’enfant à vouloir leur imposer diverses activités péri-scolaires et les garder des heures après les cours. Suis-je la seule qui adorait rentrer chez moi pour couper court au bruit incessant et ambiant d’une cours de récréation? Ou plus simplement,suis-je la seule qui attendait impatiemment pour pouvoir enfin accéder à des toilettes propres? Le respect des locaux, cela aussi s’apprend! J’étais dans du privé ou à tour de rôle nous faisions le ménage: je vous garantis que je n’ai jamais collé un chewing-gum sous une table et que celui qui l’aurait fait aurait passé un sale quart d’heure!

      Reply
  38. sheli29
    sheli29 at |

    Ouf, je suis chanceuse et je relève un peu la moyenne nationale, dans mon CM1 cette année j’ai largement plus de 3 élèves sages… même si je te l’accorde, le comportement général se dégrade d’année en année…

    Reply
  39. Pamela
    Pamela at |

    Bonjour Till,

    Je laisse pour une fois un commentaire car votre post m’interpelle. Ma puce a 6 ans et demi, et c’est également pour moi un questionnement permanent.

    J’ai lu la plupart des commentaires, j’avoue, pas tous, veuillez m’excuser et ils soulèvent plusieurs questionnements.
    Le premier, est-ce qu’il ne faut pas s’interroger sur la violence de notre société telle qu’elle est aujourd’hui ? Je vis dans une ville populaire comme on dit par euphémisme. Je vois des adultes en baver toute leur vie, et ne pas arriver à vivre de leur salaire, lorsqu’ils ont la chance d’avoir un boulot. J’ai même vécu cela. Ils ne sont pas respectés. Pourquoi respecterait-il cette société ? Et pourquoi, les enfants seraient-ils protégés ?
    Le deuxième, c’est de savoir ce que l’on entend par enfant sage. Moi j’étais une enfant sage. Mais mon père aimait bien me foutre une bonne fessée de temps à autre … souvent, en fait. Ma fille est une fille sage. J’étais conseillère municipale ces dernières 6 années. Je l’ai emmenée avec moi, à certains événements avec les personnes âgées (ma délégation). Avec certains enseignants cela se passe bien. Mais son enseignant en dernière section de maternelle a décrété que ma fille était insupportable et insolente (tout ça, dit devant elle, en plein couloir … alors que je demandais RDV pour discuter avec ses 2 enseignantes car ma fille pleurait pour aller TOUS les matins à l’école). Ma fille pour cette enseignante était une mauvaise élève. Elle est limite arrivée avec cette étiquette en CP.
    Troisièmement, il faut des moyens pour l’école, et redéfinir le projet scolaire. Quand je suis arrivée en France, si l’école républicaine ne m’avait pas ouvert ses portes, et ses enseignants dévoués, dignes héritiers des hussards noirs de la République, je n’aurais pas pu m’inscrire dans cette société, grandir et y trouver ma place. Pour moi, nos enfants méritent bien plus ce qu’on leur donne. L’école pour moi, ne sert pas uniquement à apprendre à lire, écrire et compter (même si c’est essentiel). La classe de ma fille est une classe CP et CE1 dans une des villes les plus défavorisées de France. Pourtant, ma fille a la chance de pouvoir apprendre des tas de choses que moi-même, je ne connais pas sur Manet, Munch, Picasso, les galaxies, les planètes, les escargots … L’Ecole doit permettre à l’enfant de s’ouvrir au monde.
    Enfin, tant mieux pour les parents qui peuvent se consacrer entièrement à leur(s) enfant(s). Beaucoup de parents n’en ont pas les moyens. Obligés de bosser à l’autre bout de la ville en laissant les enfants à l’accueil du matin, la cantine et l’étude du soir. Oui, je suis une mère indigne selon certains. Et comble du comble, en plus j’avais des activités politiques …. Mais ma fille n’en est pas moins heureuse, je pense.
    Bref, tout ce roman, pour expliquer que finalement ce débat est nettement plus compliqué que l’on ne pense. Et, qu’il relève de choix de société qui ne dépendent pas des seuls parents.

    Merci de m’avoir lue jusqu’au bout ! ^-^

    Reply
  40. sosocelle
    sosocelle at |

    J’apporte ma contribution au débat…

    Je suis instit et oui, je confirme qu’il y a quelques “terreurs” dans les classes.

    Nous les instits, on veut sauver le monde et les gamins avec…

    Et le problèmes des parents est multiple.
    Je m’explique. Tout d’abord, il faut avoir en tête que pour certains, leur propre scolarité a été difficile, alors forcément, ils n’ont pas un bon rapport à l’école. Ensuite, nous les instits renvoyons à certains parents une image déformée de leurs mômes où on ne relève que le négatif et nous oublions parfois de donner le positif… Les parents, eux, ce sont leurs bébés, alors forcément, c’est difficile d’entendre ça.

    Mais je ne vais pas totalement défendre ces parents. Car oui, ils faut prendre ses responsabilités et engager une sorte de “combat de tous les jours” pour les aider à grandir, accepter la frustration, la non-immédiateté des choses (avouons que parfois, nous aussi on aimerait que les choses se fassent tout de suite).

    Et puis il y a ces mômes, en souffrance. Ceux qui ont des soucis à la maison. Ceux qui voient leurs parents qui ne vont pas bien. Ceux qui n’habitent pas avec leurs parents. Ceux dont les parents ne trouvent pas de boulot. Ceux dont les parents sont en dépression pour une raison X ou Y. Ceux dont les parents pensent plus à leur petit confort personnel plutôt que de dire “non” à leur chère petite tête blonde. Ceux qui reportent leur boulot de parent sur les autres (instits ou autres) parce que leur gamin est infecte et ils en ont marre… Ces mômes là, il faut leur construire une bulle à l’école, où ils pourront, quelques heures dans la journée, laisser leur problèmes à la porte.

    Alors oui, tout cela est fortement idyllique… Mais c’est à nous adultes d’y croire pour eux, et que chaque geste de tous les jours puissent leur permettre de se construire…

    Parce que même si les parents sont une influence dans mon boulot, ce n’est pas pour les parents qu’on fait ce boulot, mais pour les enfants… Même si ce n’est pas toujours facile!

    Reply
  41. christophe_berurier
    christophe_berurier at |

    Till the cat fait lui même parti d’une catégorie de personnes éduquées, qui ont retenu cette idée qu’il y avait des valeurs de respect et de politesse.
    De plus en plus, les parents d’aujourd’hui pensent qu’aimer c’est laisser faire. Et quand bien même ils devraient prendre une sanction, ils savent bien que leur petit bout, (si terrible soit il en dehors) est une crème à la maison. Bref c’est toujours le gosse qui gagne le face à face.

    Imaginez comment deviennent ces petites terreurs au collège.

    Christophe Bérurier, professeur en collège.

    Reply
  42. lutinelle
    lutinelle at |

    je n’ai pas de réponse mais tout de même une interrogation: est ce que le fait qu’aujourd’hui dans de nombreux couples les 2 parents travaillent ne serai pas aussi une des causes?
    Entre les enfants élevés par les nounous, ou les parents qui comme ils ne voient leurs enfant que 1h “ne veulent pas passer cette heure a faire le flic”…
    j’avoue, je bosse mais je m’en veut de bosser… Du coup je met les bouchées doubles quand je suis la, je m’implique dans tout ce que je peux (comprenez conseil d’école, sorties, bricolages ect). Mais finalement je me rend bien compte que je fais partie des exceptions…
    que penser quand beaucoup vous sortent “pff j’adore mes gosses mais je les supporterai pas toute la journée” (??? tu supporte pas tes gosses mes les profs doivent?) ou ce papa divorcé en vacances qui sans que je lui demande rien me dis qu’il faut aller dans c club “c’est cher mais il vous prennent les gosses, même les tout petits” (?? tu les as que aux vacances et tu es content de pas les voir?)
    bref, on ferme les yeux et on continue de notre mieux je suppose

    Reply
  43. Loub
    Loub at |

    Je suis prof et j’ai trop peu d’expérience pour avoir un discours du type “c’était mieux avant”.
    Cependant, j’ai rencontré pas mal d’élèves et pas mal de parents. Les parents “démissionnaires” finalement j’en ai vu peu, cependant, j’ai vu pas mal de parents très violents verbalement et/ou physiquement. Et ce ne sont pas pour autant ceux qui sont les plus exigeants concernant le respect. Ceux-là vont punir fort d’un coup, et très vite revenir dessus. Une élève m’a insultée très très violemment ainsi que d’autres collègues et elle a été privée de tablette à peine 24h… Et pourtant dans le bureau du chef la mère lui a mis une claque monumentale…
    Alors forcément, les enfants ne comprennent pas ces réactions et avec la crise d’adolescence ils apprennent même à mépriser cela…

    Ce que je constate, c’est que finalement il y a beaucoup de gamins mal dans leur peau, qui ne comprennent pas les repères/limites (et je bosse avec des ado), qui se sentent donc méprisés et qui n’acceptent pas de suivre des règles qui leur semblent inutiles.

    Alors pour pouvoir enseigner, j’ai accepté d’endosser le rôle d’éducatrice en plus de prof. Je leur explique les règles (pourquoi on doit enlever sa veste en classe, pourquoi on doit retirer son sac, pourquoi doit-on dire bonjour, au revoir, pourquoi doit-on écouter, comment réagir face à une agression physique ou verbale, comment exprimer son désaccord de manière polie et constructive etc.)
    Du coup, mon rapport aux élèves s’est beaucoup amélioré, on se comprend mieux. Mais je sais que c’est considéré comme du laxisme, là où finalement j’ai choisi de faire régner le respect plutôt que la peur. Et finalement, à écouter les élèves je suis plus stricte que bien des collègues car on se dit bonjour en entrant en classe, ils doivent être debout et silencieux et on attend le silence total avant de se dire de nouveau bonjour tous ensemble pour ensuite s’asseoir, on ne sort de cours que quand je décide qu’il est fini, et on se dit au revoir, on ne touche pas à ce qui est sur mon bureau ni au tableau, et je ne touche pas à leurs affaires sans leur permission non plus, si j’ai froid et que j’estime que le chauffage n’est pas suffisant pour être en pull alors ils sont autorisés à faire de même. Les tenues trop “plage” ne sont pas commentées devant toute la classe mais à 2 en fin d’heure, avec non pas des reproches mais une explication concernant les tenues et leur sens, les notes et les commentaires individuels ne sont pas dits devant tous, sauf si c’est élogieux, etc. Et surtout, je ne laisse jamais un élève sentir que je n’en ai rien à faire qu’il ait compris ou pas, car là on peut être sûr que jamais il n’aura envie de comprendre…
    On a tendance à oublier que le respect c’est dans les deux sens.

    Je suis aussi tata, et là impossible d’instaurer le respect avec l’un de mes neveux puisque même à 6 ans il a le droit de ne pas dire bonjour, de frapper les adultes (même enceinte), de les traiter de méchants à tout bout de champs, et personne ne doit lui dire quoi que ce soit, à part sa mère et sa grand-mère. Ingérable quand elles sont là… Toujours une bonne excuse : il est fatigué, il est malade, il a mal au ventre…
    Mais à l’école, où les limites sont très claires, ce petit garçon est très sage, voire ultra-sensible.
    Il passe toutes ses vacances avec sa mamie qui refuse de l’éduquer car elle considère que ce n’est pas son rôle, qu’elle est là pour le gâter, que pour les bons moments, même si cela représente presque 4 mois de l’année. Et il passe finalement peu de temps avec ses parents qui travaillent beaucoup, il doit les voir 2h par jour.

    Bref, c’est fatigant mais tellement plus reposant quand tout cela est bien intégré !

    Bravo pour votre blog ;)

    Reply

Leave a Reply to lutinelle Cancel Reply